"D'ici à l'été 2021, toutes les forêts d'épicéas gérées par l'agence de Verdun auront disparu, victimes du scolyte. La crise se termine, mais la crainte maintenant est que le scolyte s'attaque à d'autres essences d'arbres", explique Damien Galland, directeur de l'agence de l'ONF de Verdun.

info
×

Les derniers épicéas morts sur pieds de la forêt domaniale de Verdun.

info
×

Damien Galland, directeur de l'agence de l'ONF de Verdun, et René-Marc Pineau, responsable territorial, visitent une parcelle d'épicéas morts sur pieds, décimés par le scolyte, durant des travaux d'abattage.

info
×

"D'ici à l'été 2021, toutes les forêts d'épicéas gérées par l'agence de Verdun auront disparu, victimes du scolyte. La crise se termine, mais la crainte maintenant est que le scolyte s'attaque à d'autres essences d'arbres", explique Damien Galland, directeur de l'agence de l'ONF de Verdun.

info
×

Des bûcherons de l'ONF abattent les derniers épicéas morts d'une parcelle, victimes du scolyte. Ils se disent dévastés. "Il faudra au moins un siècle pour que cette forêt retrouve son aspect d'avant".

info
×

ur l'agence ONF de Verdun, 350 000 mètre cubes d'épicéas ont été récoltés cette année à cause du scolyte, contre 50 à 80 000 en période ordinaire.

info
×

Dans certaines parcelles où les machines ne peuvent accéder à cause des trous d'obus notamment, le cheval de trait est utilisé pour sortir les grumes.

info
×

Damien Galland, directeur de l'agence de l'ONF de Verdun, explore une parcelle historique de la forêt domaniale de Verdun où gisent les grumes d'épicéas qui ont été décimés par le scolyte, durant des travaux d'abattage.

info
×

Le scolyte typographe, une espèce d'insectes coléoptères, s'introduit sous l'écorce de l'épicéa où il se reproduit puis pond des oeufs. Les larves partent ensuite de la chambre de ponte chacune dans un couloir. 

info
×

Elles mangent la partie de l'arbre qui permet à la sève de circuler, menant rapidement à la mort de l'arbre en parfois quatre à six semaines.

info
×

Les agents forestiers retrouvent régulièrement dans le sol des obus non explosés comme ici, ou des ossements, sur lesquels il faut intervenir. Cela a eu un impact sur la gestion des travaux d'abattage en masse des épicéas.

info
×

La forêt domaniale de Verdun a la particularité d'être aussi un lieu de mémoire historique. Ci et là des traces d'explosion d'obus ou d'anciennes tranchées sont visibles dans le sol. L'abattage de tous les épicéas tués par le scolyte a donc des conséquences non négligeables en terme paysager et transforme considérablement ces lieux de mémoire. L'agence de l'ONF de Verdun a reçu des plaintes de visiteurs qui ne comprenaient pas que les coupes d'arbres massives étaient sanitaires.

info
×

Sur cette parcelle de 7 hectares gérée par l'ONF de Verdun, tous les épicéas tués par le scolytes ont été abbatus. En janvier 2021, quatre essences d'arbres "d'avenir" (pin laricio de calabre, pin d'Alep, pin de Brutie, cèdre) y ont été plantées en test. L'idée est de chercher à connaître les essences qui demain sauront résister aux climats plus chauds et secs de demain pour pouvoir reboiser les anciennes parcelles d'épicéas. Problème : avec les sécheresses, le taux de survie des jeunes plants n'est que de 10%.

info
×

René-Marc Pineau, responsable de l'unité territoriale de Verdun de l'ONF, devant une parcelle historique de la forêt domaniale de Verdun, celle du Lion de Souville, à Fleury-devant-Douaumont, où poussaient autrefois de vieux épicéas qui ont été décimés par le scolyte. La passerelle aménagée au coeur de la forêt d'épicéas permettaient aux visiteurs de déambuler au dessus des trous d'obus. Une fois à découvert après l'abattage des arbres, le sol s'est recouvert de ronces.

info
×

L'agence de l'ONF de Verdun a installé des panneaux explicatifs pour expliquer aux visiteurs pourquoi les arbres scolytés devaient être abattus. Elle reçoit parfois des plantes de personnes qui pensent que les épicéas ont été abattus pour vendre le bois.

info
×

Face à l'ampleur de l'épidémide de scolytes dans toute la France et toute l'Europe, le cours du bois d'épicéa a chuté d'environ 70% depuis trois ans, explique-t-il. Le bois scolytés est en effet moins valorisable que le bois sain.

info
×

Une abatteuse est au travail pour terminer les derniers épicéas morts sur pieds suite aux attatques de scolytes.

info
×

Damien Galland, directeur de l'agence de l'ONF de Verdun, arrache l'écorce d'un épicéa mort du scolyte. Une fois contaminé, les arbres perdent peu à peu leur écorce. Le scolyte a toujours été présent dans les forêts d'épicéas, mais le réchauffement climatique a fait exploser ses populations, qui autrefois étaient ralenties par le froid de l'hiver. Tous les épicéas de la forêt domaniale de Verdun, soit environ 1800 hectares sur 9600 au total, sont morts en trois ans, après les premières grandes sécheresses de 2018.

info
×

a forêt domaniale de Verdun a la particularité d'être aussi un lieu de mémoire historique. Ci et là des traces d'explosion d'obus ou d'anciennes tranchées sont visibles dans le sol. L'abattage de tous les épicéas tués par le scolyte a donc des conséquences non négligeables en terme paysager et transforme considérablement ces lieux de mémoire. L'agence de l'ONF de Verdun a reçu des plaintes de visiteurs qui ne comprenaient pas que les coupes d'arbres massives étaient sanitaires.

info
×
Using Format